La philosophie de la fondation

La philosophie de la fondation

Accompagner la vulnérabilité, penser la responsabilité, tels sont les fondements de la philosophie de la Fondation Après-Tout.

Depuis plusieurs années, les membres de la Fondation constatent un développement de la tendance contemporaine à la valorisation de la toute-puissance. Au quotidien, nous expérimentons pourtant que la toute-puissance ne peut être le fondement d’un projet de société durablement humain.

Tout se passe, en effet, comme si nous avions oublié que l’humain se caractérise aussi par sa vulnérabilité.
Être de relation, en interdépendance avec les êtres humains qui l’entourent, tout homme est affecté par ce qui l’entoure et donc en situation de vulnérabilité.

Celle-ci doit être prise en considération si nous voulons que notre société prenne soin d’elle-même et qu’elle se garantisse un avenir. Les défis environnementaux et humains auxquels notre temps doit faire face, montrent, par exemple, que notre société ne prend plus soin d’elle-même.

Pour combattre cet oubli, voire ce déni de notre vulnérabilité, les membres de la Fondation souhaitent se tourner vers celles et ceux qui accueillent la vulnérabilité des personnes au quotidien. Ce sont notamment les professionnels des milieux sanitaire, judiciaire, social et pénitentiaire.

Ces seules convictions citoyennes conduisent la Fondation à aider financièrement, moralement et intellectuellement ces professionnels et à leur permettre de réfléchir à la responsabilité qui leur incombe. Ils sont en effet les premiers corps intermédiaires sans lesquels il n’y a pas de corps social et sont pourtant eux-mêmes malmenés par une logique économique devenue déraisonnable.

Ils sont touchés, eux aussi, par l’isolement individuel et ont besoin de se retrouver entre pairs. Leurs pratiques quotidiennes et concrètes peuvent nous orienter pour construire une nouvelle société à partir d’un fondement éthique.

Le comité exécutif

Christian Montfalcon : Né en 1928 à Saint Cyr au Mont d’or, prêtre catholique à la retraite. Il fut l’un des initiateurs d’une présence active des chrétiens dans le monde de la santé, de ce qu’on a appelé depuis « La pastorale dans le monde de la santé ».

Marie-Antoinette Piens : Célibataire, médecin hospitalo-universitaire à la retraite, engagée dans différentes associations en lien avec le monde sanitaire et social. Attentive à l’évolution des milieux judiciaire et pénitentiaire.

Pierre Mouterde : Marié, quatre enfants. Ancien cadre dans l’industrie. Très attentif à l’attention que, dans la société, les citoyens portent aux professionnels en charge des plus vulnérables. Président du Comité Exécutif.

Elisabeth Héraud : Après 20 ans à la Délégation régionale de la Fondation de France, en mission d’accompagnement auprès des malades et de leurs familles au sein d’uns structure hospitalière.

Dominique Fasquel : Médecin de santé publique à la retraite. Intéressé par la qualité des soins apportés, en particulier dans leur dimension des relations humaines. Participe à l’évaluation de projets médicaux, individuels ou collectifs.

Lydie Rulier : Pharmacien à Morestel, passionnée de mycologie. Impliquée dans la vie de la cité comme pharmacien sapeur-pompier volontaire.

Michel Arbault : Retraité de l’administration des Finances publiques. A notamment exercé la fonction de comptable public d’une université et de collectivités territoriales. Trésorier.

Vincent Feroldi : Historien de formation, prêtre catholique, autrefois en charge à la Prison Saint Paul (Lyon), puis à la Maison d’arrêt de Lyon-Corbas et à l’UHSA (Vinatier, Bron). Actuellement chargé au plan national des relations avec les musulmans et en poste au sein du Centre hospitalier Léon Bérard, à Lyon.

Alain Chalochet : Retraité, directeur d’hôpital du secteur hospitalo-universitaire pendant 28 ans, ayant auparavant exercé des fonctions dans l’administration sanitaire et sociale, au Ministère du Travail d’abord puis au niveau régional et départemental.

Alain Gougenheim : Ancien chef d’entreprise, père de quatre enfants, très impliqué depuis toujours dans le « service à la collectivité », désireux d’apporter toute l’aide possible à ceux qui ont choisi de servir les autres.

Historique

En 2008, cinq femmes et hommes de la région lyonnaise créent la Fondation Après-Tout. Ils exercent leurs activités dans les milieux de la santé ou du pénitentiaire. Ils ont tous conscience du nécessaire accompagnement des professionnels en charge de l’humain, ceux à qui la Nation a délégué le soin de prendre en charge les plus vulnérables d’entre nous.

Ainsi, la Fondation Après-Tout a été créée en réunissant des citoyens de divers horizons, responsables, conscients et fiers que la laïcité soit le principal ciment de leur rassemblement.

Souhaitant assurer à la fois la pérennité et la clarté de leurs actions, les Fondateurs ont fait le choix, exigeant de créer la Fondation Après-Tout sous l’égide de la Fondation de France. Cette option est la garantie de la fidélité de la Fondation à ses principes, le gage d’une gestion saine et transparente et le désir de s’inscrire dans la durée.

Si durant les premières années, les projets soutenus ont principalement été des projets individuels, c’est au fil des années que des projets collectifs ont été pris en compte.

La Fondation Après-Tout a progressivement pris place dans le paysage de la philanthropie de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Faire un don

Pour soutenir la mission de la Fondation, chaque don est essentiel

Déposer un dossier

Professionnels au service de l’humain, déposez votre demande d'aide

Fondation de France

La Fondation Après-Tout est placée sous l'égide de la Fondation de France