Vulnérabilité : échec ou condition du social ?

Vulnérabilité : échec ou condition du social ?

Après avoir précisé ce que n’est pas la vulnérabilité dont il va parler (précarité des sans abri, fragilité des personnes âgées, tendreté des enfants), Jean-Philippe Pierron présente la vulnérabilité comme étant « au fondement de la relation de soin ».

Il propose « une approche critique qui en fasse un principe d’action » (« si l’identité est relationnelle, il faut prendre soin de la relation ») ou plutôt « une considération d’ordre anthropologique » : disposition à « se laisser affecter par l’autre, par l’incertitude de l’événement qu’est son existence et le monde… ».

C’est en fait le socle sur lequel se construit la relation de soin qui est « œuvre commune du soignant et du soigné ». Il existe « un fond de vulnérabilité commune qui est condition de la relation de soin » qui n’est ni paternalisme où « la puissance de l’un écrase la fragilité de l’autre », ni autonomie où les relations sont pensées en terme de contrat plutôt que de confiance.

« La vulnérabilité n’est pas l’obstacle à la responsabilité soignante ; elle en est la condition. »

Le texte de la conférence

Faire un don

Pour soutenir la mission de la Fondation, chaque don est essentiel

Déposer un dossier

Professionnels au service de l’humain, déposez votre demande d'aide

Fondation de France

La Fondation Après-Tout est placée sous l'égide de la Fondation de France